Vol VFR dans les Antilles (Caraïbes)

En avril 2017, nous avons fait un voyage en avion de tourisme dans les Caraïbes (Petites Antilles), de la Martinique à plusieurs îles des régions et retour.

C’était un superbe voyage.

Photos

Avion

  • Cessna 172 F-OORV
  • Cessna 182

Loué à l’Airclub Horizon Caraibes, en Martinique. http://www.horizoncaraibes.fr/

Credit photo: Florian Couff

C’étaient deux très bons avions.

En essayant de rentrer de St Martin, nous avons rencontré un problème avec le câblage électrique du transpondeur, ce qui le rendait inutilisable. Cela est probablement dû à l’environnement océanique dans lequel ces appareils fonctionnent constamment, ce qui rend leur système électrique sujet à la rouille. Nous avons décidé de ne pas continuer et l’aéroclub a eu la gentillesse de nous louer un autre avion pendant qu’ils s’occupaient de notre avion d’origine.

Itinéraire

  • Martinique (1 nuit)
  • Marie-Galante (déjeuner)
  • Guadeloupe et Les Saintes (3 nuits)
  • Saint Martin / Sint Maarten (2 nuits)
  • Dominique (1 nuit)
  • Martinique (1 nuit)
  • Grenade (1 nuit)
  • Canouan (déjeuner)
  • Sainte-Lucie (2 nuits)

Nous avons décidé de partir en Martinique car cet endroit avait un Cessna 172 disponible pendant 10 jours au moment de notre voyage. Les prix étaient raisonnables et les gens semblaient sérieux et sympathiques.

Nous avions prévu que notre voyage aérien se rende jusqu’à St Martin parce que nous avions des amis à visiter là-bas, et aussi parce que nous ne pouvions pas manquer l’occasion d’atterrir à Princess Juliana Int’l.

Sur le chemin de St Martin, nous avons décidé de nous arrêter à Marie Galante pour le déjeuner, et en Guadeloupe pour quelques jours. En Guadeloupe, nous sommes allés aux Saintes en ferry car nous y avions aussi des amis, et soyons honnêtes, c’est très joli et intéressant!

Continuez tout droit jusqu’à St Martin avec un survol de St Barth en route. Nous avons fait une petite pause sur la princesse Juliana (moment incroyable) et avons atterri à Grand Case, le plus petit aéroport de l’aviation générale.

Après cela, nous avions prévu de rentrer en Martinique via Saba pour quelques photos, mais l’incident du transpondeur nous a fait prendre l’avion pour la Dominique puis nous avons repris un ferry pour la Martinique.

Après avoir rendu visite à quelques amis et familles qui s’y trouvaient à l’époque (une destination assez populaire, il semble), nous avons pris l’avion pour la Grenade à la pointe sud. Ce n’est qu’à 150 km du Venezuela.

Ensuite, nous nous sommes arrêtés à Canouan pour le déjeuner car cette petite île avait l’air incroyable et avait un aéroport. Notre dernière étape a été Sainte-Lucie avant notre retour en Martinique.

Notre stratégie était de passer les derniers jours le plus près possible de notre base de retour, la Martinique. En effet, le fait de ne devoir voler que 20 minutes lors de la dernière étape réduit les risques, lorsque notre vol de retour en Europe est prévu le lendemain.

Formalités administratives

Les GENDEC doivent être présentés à chaque frontière, en 3 à 6 exemplaires selon les cas. Il est conseillé de les préremplir et d’avoir un stock généreux à bord. Vous ne voulez pas être coincé à une frontière en remplissant ces papiers.

Comme toujours, vous avez besoin d’un passeport valide pour tous les occupants et emportez avec vous votre licence de pilote et votre médecin pour entrer / sortir du côté air.

Les frais d’atterrissage et de stationnement doivent être payés avant le départ dans tous les aérodromes. Nous n’avons remarqué aucune tentative de corruption ou autre, cela semblait assez sûr et légitime.

Navigation

Nous avons utilisé une carte papier qui s’est avérée très utile et adéquate pour nos besoins.

Carte VFR des Caraïbes du Nord et de l’Est (achetée sur Sporty’s)

De plus, nous avons utilisé deux applications de navigation différentes: Air Nav Pro (bon pour VFR) et Garmin Pilot (OK pour VFR, et intégré à la montre Garmin D2 Bravo).

C’était suffisant pour naviguer avec précision et garder une bonne conscience de la situation.

Risques

Les risques pour l’aviation générale et le vol VFR là-bas sont principalement la découverte de territoires inconnus, et le risque de défaillance au-dessus de l’eau sans de nombreuses zones d’atterrissage au sol.

Le temps était toujours suffisant, souvent avec une visibilité faible mais acceptable selon la direction de vol / l’orientation du soleil. Nous n’avons jamais connu de mauvais temps qui aurait pu nous empêcher de voler.

Il convient de noter que la période crépusculaire est plus courte qu’aux latitudes Europe / États-Unis. Par conséquent, la journée VFR ne se termine pas 30 minutes après le coucher du soleil, mais seulement 15 minutes après le coucher du soleil.

Il était parfois un peu difficile de comprendre l’ATC en fonction de leurs accents locaux. Cependant, cela n’a jamais été un gros problème.

Mitigation du risque

Afin d’atténuer le risque de défaillance de l’avion en vol, nous étions équipés de gilets de sauvetage, un radeau (ou canot pneumatique) tous fournis par l’aéroclub. J’ai également transporté un Garmin inReach Explorer + afin de pouvoir envoyer des SOS et communiquer avec les services de secours même hors réseau 3G.

L’inReach et son bouton SOS sont visibles sur le tableau de bord.

En effet, cet appareil utilise le réseau satellite iridium pour communiquer. Il permet également l’émission et la réception de SMS et de courriers électroniques, ainsi que la transmission de points de localisation à intervalles réguliers (par exemple 10 minutes) pour suivre la progression du vol sur une carte, au profit de la famille et des amis.

Voici la carte en ligne que j’ai préparée avant le départ, pour montrer le plan de vol à la famille et aux amis. Ensuite, la piste réelle serait tracée sur le dessus (comme on peut le voir avec la ligne bleue et les points qui suivent notre vol entrant d’Europe).

Pour atténuer les risques météorologiques, nous avons prévu notre dernière journée à Sainte-Lucie, à 20 minutes de la Martinique. Cela nous a permis de prendre un ferry si la météo ou un avion nous empêchait de rentrer.

Coûts

Le coût total (hors vol intercontinental vers la Martinique) a été de 8160 €

Voici le détail des coûts aviation

Item Cost
Airclub subscription 70 €
Aircraft C172 FOORV 854 €
Aircraft C182 1,200 €
Commercial flight SXM-DOM 748 €
Landing fee Grenada 130 €
Landing fee St Lucia 85 €
Landing fee St Martin Grand Case 25 €
VFR chart Lesser Antilles 45 €
Grand Total 3,157 €

4 heures en C172
7 heures en C182

Conclusion

Je recommanderais un tel voyage à toute personne intéressée à essayer quelque chose de nouveau et d’excitant. Nous avons découvert de nombreux endroits et cultures intéressants. L’espoir de l’île est un excellent moyen d’utiliser une licence PPL, et c’est l’un des meilleurs domaines que je connaisse pour le faire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.